Ce mur qui nous regarde

Par défaut
l'invisible se révèle quand on a gratté la surface

l’invisible se révèle quand on a gratté la surface

Construction, déconstruction reconstruction. En grattant l’épaisseur de la vie à la surface des vieux murs, Alexandre Farto Vhils nous révèle qu’un regard nouveau est toujours possible.

J’ai d’abord vu le vieux mur à abattre. Démolition! Le mur est une barrière. Une barrière ça protège mais ça isole, ça sépare et ça enferme aussi. Ensuite, j’ai vu le marteau, le burin. Violence d’un geste bruyant et répété qui casse, qui détruit, qui creuse et gratte la surface mais qui reconstruit aussi. La poussière, les gravats qui tombent. La barrière qui s’effrite. Et c’est la vie qui jaillit. Construction dans l’épaisseur d’une destruction. Plénitude d’un regard tout neuf tourné vers le dehors. Alexandre Farto Vhils exposait récemment au Musée de la Poste à Paris.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s