Faire-part de (re) naissance du vin issu de Genouillet

Par défaut

Le Genouillet, cépage noir à jus blanc originaire du Berry, avait disparu. Ou presque ! Il est désormais ressuscité. Première vinification en 2013 en rosé. Mais ses « re-découvreurs » ont d’autres ambitions pour lui. Ils cherchent désormais le terroir dans lequel il s’exprimera le mieux et entendent le tester bientôt en assemblage avec du Pinot noir.

Ce cépage noir à jus blanc entame sa seconde vie. L'histoire se passe à Quincy dans le département du Cher.

Ce cépage noir à jus blanc entame sa seconde vie. L’histoire se passe à Quincy dans le département du Cher.

Seconde vie! Résurrection! N’ayons pas peur des mots ! Ce sont d’ailleurs ceux qu’utilise avec une certaine fierté Jacques Aubourg, directeur de l’Union pour la préservation et la valorisation des ressources génétiques du Centre (URGC) quand il évoque les dix années de recherches obstinées menées de concert avec Maryline et Jean-Jacques Smith, viticulteurs de leur état, pour faire revivre ce cépage. Leur persévérance a fini par payer puisque le Genouillet, cépage disparu du vignoble français comme beaucoup d’autres après la crise du Phylloxéra, a finalement obtenu son inscription au Catalogue Officiel en septembre 2011. Disparu pas tout à fait. Disons plutôt perdu de vue pendant près d’un siècle jusqu’à ce que l’ampélographe Jean Bisson, l’identifie, un peu par hasard, lors d’une prospection dans une vieille vigne près d’Issoudun vers 1980.
Mais avant de raconter la nouvelle vie du Genouilllet, petit zoom arrière sur son histoire.

AVANT et APRES le phylloxéra

un ouvrage "référence"

un ouvrage « référence »

Comme souvent lorsqu’on évoque la vie des cépages, il y a l’AVANT et l’APRES crise phylloxérique. Pendant l »AVANT », dans le vignoble berrichon, le Genouillet, n’avait rien d’un cépage anecdotique. Bien au contraire. Selon, Pierre Galet, il constituait même « le fonds d’encépagement » de ce vignoble. Mais alors pourquoi a-t-il subi de la part des vignerons un désamour tel qu’on a pu croire à sa disparition? C’est simple. Mauvaise reprise sur le porte-greffe Riparia. Grande sensibilité à l’oïdium et à la pourriture acide en comparaison avec les hybrides replantés à cette époque. Ajouté à tout cela la grande teneur tannique du jeune vin de Genouillet qui le desservait comparé aux vins jeunes issus des hybrides. A l’époque, on ne cherchait pas à faire vieillir les vins. On les buvait vite et bien ! A la trappe donc, le Genouillet ! Aujourd’hui, la donne est bien différente. Fini le bannissement ! Oublié aussi le long parcours jalonné d’atermoiements administratifs, de recherches opiniâtres et de d’interminables tricotages et détricotages de protocoles expérimentaux pour obtenir l’inscription.

Place désormais à la seconde vie du Genouillet

Le Genouillet, sa fiche, son histoire...

Le Genouillet, sa fiche, son histoire…


Car son défaut d’hier, associé à une belle acidité pourrait devenir son meilleur atout et faire de lui un bon cépage de garde. Et si on l’associait au pinot noir si velouté, le résultat pourrait bien déchirer ! Enfin, c’est ce qu’espèrent ses ardents défenseurs. Mais ceci est déjà une autre histoire. Pour le moment avec son inscription, le Genouillet démarre sa vie de cépage reconnu avec la panoplie qui l’accompagne. Il a donc son « mainteneur » officiel, à savoir l’Institut de la Vigne et du Vin (IFV). Il a aussi depuis 2012 sa parcelle vigne-mère de greffons riche de 300 pieds mères installés en lieu et place sur la parcelle expérimentale de Maryline et Jean-Jacques Smith, devenus ses pépiniéristes-multiplicateurs. Tout semble donc prêt pour lancer les plantations de Genouillet? Patience, patience! La multiplication prend quand même du temps. Pour l’heure, 3 viticulteurs se sont lancés dans l’aventure. Ce qui nous fait une surface totale de 1,5 hectare ! Même pas la poire pour la soif ! La première vinification en rosé a tout de même eu lieu en 2013, c’est le vin que l’on a bu et pris en photo. L’avenir du Genouillet s’écrira t-il en Vins de France sans indication géographique avec la mention du cépage et du millésime ou sera-t-il un jour commercialisé sous une Indication Géographique protégée? Pour l’heure, ses heureux « re-découvreurs », comme ils se nomment, entendent désormais focaliser leurs efforts sur la recherche du terroir qui lui convient le mieux. Viendront ensuite les essais d’assemblage avec le pinot noir.. Promis on suivra l’aventure..

Publicités

"

  1. Pingback: Jk100 | Pearltrees

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s