Petit oxymore culinaire du « panais qui renait » !

Par défaut

Il renait le panais! Il renait ! Qu’on se le dise! Mieux même, cette renaissance nous réserve une chouette surprise culinaire que voici.

Une recette "super facile" à faire. Essayez de bluffer vos amis en leur mettant ce gâteau de panais sous le nez. Tout perspicaces qu'ils sont, ils risquent d'être nombreux à donner leur langue au chat.

Une recette « super facile » à faire. Essayez de bluffer vos amis en leur mettant ce gâteau de panais sous le nez. Tout perspicaces qu’ils sont, ils risquent d’être nombreux à donner leur langue au chat.

Le panais, vous connaissez? C’est le petit cousin oublié de la carotte. Comme sa célébrissime parente il se présente sous la forme d’une racine pivotante. Bon d’accord, il est un peu jaune-blanchâtre quand la dite cousine arbore un « orange » un rien plus flamboyant. Bref, ce panais sort aujourd’hui de l’oubli. Autrement dit, on le cultive à nouveau, et surtout, pour ce qui nous intéresse ici, on se remet à le cuisiner. Et là, il faut bien avouer qu’on aurait plutôt tendance à le vouloir en soupe, en gratin, en croustille, voire même cru en salade. Ca lui va bien le goût salé au pti’panais. Mais il voit plus large et nous ravit en sucré. Oups, je fais des vers! Et oui, elle est donc là la belle surprise. Le panais se cuisine aussi en gâteau ! Mesdames, Messieurs les experts en cuisine, vous connaissez sûrement l’astuce depuis longtemps. Moi qui suis loin d’être une « pro » des fourneaux, je viens de l’apprendre. Et cette idée de tordre le coup à un a priori me ravit. C’est comme ça. Encore une idée reçue qui tombe. Bonne nouvelle. Il en faudrait plus souvent. Bref, je m’égare encore. Voila donc en quelques mots cette recette que l’on doit à Jean-Pierre Lissalde, le « chef » qui mitonne aux petits oignons les ateliers « cuisine » de l’AMAP (Association de maintien de l’agriculture paysanne) le CABAS de Gradignan(33).
ALLEZ LA RECETTE MAINTENANT
ingrédients : 150 gr de cassonade; 150 gr de farine (de blé ou de riz); ½ cuillère à sucre de levure chimique (ou de bicarbonate); ½ cuillère d’épices de Noël (gingembre, cannelle, anis vert, cardamone .. ) 2 œufs; 2 cuillères à soupe d’olive neutre; 1 pincée de sel 150 gr de panais
comment faire :
Préchauffer le four à 180°C
Eplucher le panais puis le râper (réserver dans un petit saladier)
Dans un 2nd saladier : mélanger cassonade, farine, levure, sel, œufs, puis l’huile d’olive
Y verser le panais en dernier
Mélanger le tout (consistance un peu compacte)
Beurrer le fond d’un moule à manquer
Y verser la préparation
Cuire à 180°C pendant 40/45 minutes
Tester la cuisson avec un couteau qui doit ressortir sec
Démouler à froid (c’est mieux)
VOILA C’EST FAIT
A oui, j’oubliais, l’oxymore, pour ceux qui auraient un peu oublié leur cours de français (on leur pardonne), c’est une figure de style qui consiste à réunir deux mots de sens contraire. Mais oui, souvenez l’exemple qui ne s’oublie pas, les vers de Corneille « cette obscure clarté qui tombe des étoiles, enfin avec le flux nous fait voir trente étoiles ». Joyeux Noël.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s