Le blanc d’Argentine, un vin (encore) méconnu

Par défaut

Chouette une dégustation de vins argentins ! Mince alors, moi qui pensais déguster des vins rouges de malbec me voila avec un vin blanc dans mon verre. Ou comment j’ai découvert le cépage blanc torrontés, plus précisément celui de la Bodega San Pedro de Yacochuya.

Le torrontés, cépage blanc emblématique de l'Argentine produit un vin exubérant aux arômes muscatés.

Le torrontés, cépage blanc emblématique de l’Argentine produit un vin exubérant aux arômes muscatés.

Yacochuya pour situer rapidement c’est au nord-ouest de l’Argentine à quelques kilomètres de Cafayate, on prononce « cafa-chaté », petite ville de 12 000 habitants perchée à 1700 m au pied de la Cordillère des Andes. On est ici dans la province de Salta, à quelque 1 000 km au nord du vignoble le plus emblématique d’Argentine, j’ai nommé la région de Mendoza. Autre précision, historique cette fois, le vignoble de Cafayate ne date pas d’hier, ni d’avant-hier, mais de la seconde moitié du 19ème siècle. Bon, voila pour les repères géographico-historiques ou l’inverse. C’est selon! Reste à présenter ce torrontés, cépage blanc à gros grains souvent conduit en pergola. Longtemps cantonné au marché national, le vin qui en est issu s’exporte depuis quelques années notamment sur le marché américain où il suscite un certain enthousiasme par la nouveauté de son goût et plus précisément son originalité aromatique qui rappelle le muscat d’Alexandrie dont il provient par croisement semble-t-il.
A la dégustation, ce torrontés 2014 de San Pedro de Yacochuya présente une couleur jaune pâle avec de légers reflets verts. Le nez intense et complexe rappelle celui d’un gewurstraminer. Les notes sont florales, mentholées et surtout très muscatées. L’attaque est fraiche sur une belle acidité avec une rondeur en bouche et un léger côté tannique. Le tout donne envie de se resservir un second verre. Un grand merci à Michel Rolland pour cette découverte en finale d’une dégustation de vins argentins proposées dans le cadre des rendez-vous mensuels du Duad’s club. Ultimes précisions du célèbre oenologue bordelais « c’est sans doute l’altitude qui rend ce cépage torrontés si exubérant. N’oublions pas que les vignes de Cafayate poussent à plus de 1800 mètres. A Mendoza, le torrontés donne un vin blanc de peu de caractère, avec une acidité certes, mais sans les arômes. » Et pour le côté tannique de ce cépage, il ajoute « qu’il faut effectivement être prudent sur la maturité, sur l’extraction et les pressurages pour éviter l’amertume. Et si on parvient à éviter les pièges de ce cépage, il donne un vin qui plait beaucoup par cette originalité aromatique. » On confirme ! Juste pour conclure, et pour la petite histoire, Yacochuya c’est le vignoble où l’aventure argentine a commencé pour Michel Rolland. C’était il y a près de 30 ans en 1988.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s