« Folles de joie », genre : l’affiche italienne me parle

Par défaut

Ces deux là s'aiment d'une amitié sans jugement qui tiendra peut être leurs folies à distance.....

Ces deux là s’aiment d’une amitié sans jugement qui tiendra peut être leurs folies à distance…..

Une claque que cette comédie dramatique sur la folie et l’enfermement. Mais l’affiche française est bien trompeuse. L’italienne est beaucoup plus raccord avec ce que m’a raconté ce film.

Car « Ces folles de joie » de Paolo Virzi n’ont en effet rien du road movie à la « Thelma et Louise » de Ridley Scott comme le suggère l’affiche française. En vérité, c’est l’affiche italienne qui révèle beaucoup plus justement l’histoire. Ou comment l’amitié sans jugement est la seule issue pour tenir la folie à distance. Au début tout oppose ces deux femmes lorsqu’elles font connaissance dans une institution psychiatrique. Longue chevelure blonde de l’une; courte tignasse brune pour l’autre ! Oeil pétillant et sourire enjôleur versus un regard terne et une moue renfrognée ! Robes aux décolletés plongeant sur une poitrine avantageuse face à de vilains tee-shirts sans manche jetés sur un torse androgyne. Aisance méprisante et agaçante d’une grande bourgeoise. Gaucherie gênée et mutisme oppressant d’une paumée. La première est un vrai personnage de comédie romantique et champêtre quand la seconde à la dégaine de l’héroïne tragique d’une science fiction urbaine. Ces deux là n’ont en réalité qu’une chose en commun qui les réunira malgré toutes leurs différences. Elles ont toutes deux été mal aimées. Très très mal aimées même. Elles ont tout perdu à donner leur amour à des personnes qui ne le méritaient pas. Et ce rejet d’amour les a fait plonger au sens propre pour l’une comme au figuré pour l’autre. Après ça leurs fragilités ne s’en sont jamais remises. Cause ou conséquence? L’une a ruiné sa famille jusqu’à en être bannie. L’autre qui n’a jamais rien reçu de la sienne a failli commettre un infanticide. Elles sont folles, peut être, mais au delà de toutes leurs différences elles ont réussi à connecter leur douleur de vivre. Et ce sera leur force désormais! Voila ce que révèle si justement l’affiche italienne, cet instant de connexion pure qui scelle leur amitié, et peut être leur amour en devenir, malgré toutes leurs différences. Et la fin n’est même pas triste où l’on comprend que cet amour va se vivre dans l’enceinte de l’institution psychiatrique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s