Archives de Catégorie: quoi de neuf chez Papillon

Raconte moi l’histoire de la pile électrique

Par défaut

Quand l’histoire des sciences est passionnante et peuplée de péripéties. Un exemple ici avec l’invention en 1800 de la pile par Volta et quelques épisodes qui ont ponctué son histoire. Hasard et première observation fortuite, tâtonnements pour mettre au point une véritable expérience, controverse acharnée sur près d’une décennie entre deux grands savants, appropriation artistique d’un phénomène scientifique nouveau.

La pile Volta, vue ici au Musée des Arts et Métiers à Paris, fait partie des 50 "Petits hasards qui bouleversent la science " édités chez  Papillon Rouge Editeur

La pile Volta vue ici au Musée des Arts et Métiers fait partie des 50 « Petits hasards qui bouleversent la science  » édités chez Papillon Rouge Editeur


Pile électrique : nom féminin qui vient du latin « pila », la « colonne »! La pile, c’est le nom donné en 1800 à l’invention de l’italien Alessandro Volta, professeur de physique expérimentale à Côme. L’objet, plutôt insolite, se présente sous la forme d’une colonne d’un mètre de hauteur constituée de disques de cuivre et de zinc empilés les uns sur les autres et séparés par des cartons imprégnés d’eau salée. A voir au Musée des Arts et Métiers à Paris. L’innovation qu’elle porte est immense puisque grâce à cette petite colonne, on obtient pour la première fois, une source d’électricité continue. Quand ils la découvrent les savants de l’époque comprennent qu’un immense champ de recherche et d’expérimentation vient de s’ouvrir à eux.

Mais cette invention n’aurait pas vu le jour sans une découverte faite par hasard une vingtaine d’années plus tôt par un autre italien, Luigi Galvani, professeur d’anatomie à l’Université de Bologne. Depuis 1780, ce dernier étudie les effets de l’électricité sur les contractions musculaires dans les pattes arrière de grenouilles mortes. Un jour, au cours d’une de leurs nombreuses expériences, un des jeunes assistants de Galvani fait l’étrange découverte d’un phénomène inconnu jusque là : alors qu’il touche à peine le nerf de la cuisse dépouillée d’une des pauvres bêtes avec l’extrémité métallique de son scalpel, le jeune homme constate avec surprise une contraction violente de la patte. Un autre assistant rapporte qu’au même instant, il a cru voir jaillir une étincelle de la machine électrostatique posée à côté de l’animal.

Fasciné par ces premières observations fortuites, Galvani se lance dans de nouvelles expériences. Il veut expliquer le phénomène. Il constate ainsi que la contraction peut être provoquée par une étincelle produite à partir d’une machine électrostatique à condition que le nerf soit en contact avec un grand fil métallique.
Lire la suite

Publicités

Le vélo-rail, sur une idée de Lucien Péraire

Par défaut
L'histoire de Lucien Péraire et de son

L’histoire de Lucien Péraire et de son « vélo-rail » fait partie des 25 « histoires vraies en Aquitaine » parues aux Editions « Papillon rouge« 

En 1928 Lucien Péraire quitte la France via l’Allemagne pour un tour du monde à vélo. Son intention est pacifiste, ce qui n’est pas rien compte tenu du contexte politique du moment. En chemin, il veut faire découvrir l’espéranto au plus grand nombre. Il n’ira pas au bout de ses ambitions mais traversera tout de même la Russie, séjournera au Japon et atteindra l’actuel Vietnam. Parmi ses nombreuses aventures, l’arrivée ubuesque à Vladivostock en 1930 avec son « vélo-rail » conçu en chemin pour suivre les rails du Transsibérien méritait un récit.

Vladivostock Juin 1930. Imaginez le burlesque de la situation. Le long d’une large avenue boueuse et mal pavée, une foule enthousiaste et admirative applaudit à tout rompre à la difficile progression d’un jeune homme en short et chemisette juché sur une bien étrange machine. L’engin, une sorte de tricycle constitué d’un vélo avec ses deux roues, est flanqué sur sa gauche d’un troisième point d’appui formé de tringles métalliques reliées entre elles. Le tout est équipé de plusieurs roulettes. Ultime défi aux lois de la gravité, le guidon de ce vélo est bloqué. Le jeune homme manque d’ailleurs de tomber plusieurs fois et quelques spectateurs l’aident à se remettre en selle. L’événement n’a pourtant rien d’une farce et la performance que l’on célèbre ici est une première mondiale. La scène est même filmée pour être diffusée dans plusieurs pays. L’acrobate que la foule acclame si chaleureusement se nomme Lucien Péraire. Ce lot et garonnais de 24 ans est en effet, le premier homme à avoir relié à vélo, avec de faibles moyens matériels et, précise-t-il, sans aide officielle, son pays natal, la France, à l’extrémité de la Sibérie sur la côte pacifique. L’engin sur lequel il tente actuellement de trouver l’équilibre, c’est son vélo-rail avec lequel il a suivi le tracé du transsibérien pour réaliser son exploit. Sans la transformation ingénieuse qu’il a imaginée en cours de route, il aurait dû abandonner son projet car en dehors de la voie de chemin de fer, il n’existe à cette époque, aucun accès aux contrées qu’il veut traverser. Autrement dit, peu de chemins praticables, pas de route et encore moins de carte… Lire la suite

La sérendipité expliquée en vidéo

Par défaut
EUREKA ! L'ampoule,  est le symbole de l'idée qui jaillit sans qu'on l'ait vraiment cherchée  ! hasard heureux, erreur fructueuse, sérendipité !

EUREKA ! L’ampoule, est le symbole de l’idée qui jaillit sans qu’on l’ait vraiment cherchée ! Hasard heureux, erreur fructueuse, sérendipité !

Si vous prenez le temps de regardez cette courte et très ludique vidéo, vous ne pourrez plus ignorer ce qu’est la sérendipité.

De sérendipité, il est d’ailleurs assez régulièrement question dans ce blog à travers des exemples. La création de YouTube aurait aussi été le fruit d’un heureux hasard. On a même écrit un post expliquant la différence entre « hasard et sérendipité ». Bon d’accord, le mot reste un peu difficile à mémoriser. Un peu d’entraînement et le tour est joué. Le Ministère de l’Education nationale vous offre cette vidéo car il organise chaque année le concours « Dis moi, dix mots » dans le but de stimuler la créativité des collégiens et des lycéens autour d’une recherche linguistique. Le support que nos chères têtes blondes doivent produire est libre. Il peut s’agir d’un livre, d’une vidéo, d’un blog… Une seule contrainte, produire à partir d’une liste de dix mots. La sérendipité vous l’aurez compris, figure dans la liste des dix mots de l’édition 2014/2015.

« les petits hasards … » Episodes 1 à 6 à la RTBF

Par défaut
La médecine par chimiothérapie doit son origine à dramatique qui s'est produit fin 1943  en Italie lors d'un raid aérien meurtrier pour la flotte alliée

La chimiothérapie des cancers a pour origine un dramatique hasard qui s’est produit fin 1943 en Italie lors d’un raid aérien meurtrier pour la flotte alliée

Les 6 épisodes du feuilleton des « petits hasards dans les sciences » ont été diffusés sur les ondes de la RTBF Première du 14 avril au 21 avril 2014.

Réalisés par Véronique Thygerghien pour l’émission scientifique-santé O Positif ces 6 épisodes retracent chacun le récit de 2 découvertes pour lesquelles le hasard sous des formes variées a joué un rôle direct ou indirect pour conduire, parfois des années plus tard, à une grande avancée médicale. Chaque épisode est « ré-écoutable » dans les liens qui suivent. L’approche est particulièrement claire, bien rythmée et pédagogique notamment grâce à des reformulations judicieuses qui rassurent l’auditeur. Bref, une mise en scène radiophonique si vivante et  chaleureuse qui forcément vous fait aimer les sciences ! CQFD

Dans l’ordre, on écoutera l’épisode  1 du lundi 14 avril, avec l’invention du stéthoscope en 1816 par le docteur René Laennec et la mise au point du « Pap Test » dans les années 50 à écouter à partir de la minute 31.
Mardi 15 avril, l’épisode 2 raconte deux découvertes : celle de l’effet anesthésiant du protoxyde d’azote par Horace Wells en 1848 et celle de l’isochronisme des pendules en 1583 par Galilée qui ouvrira la voie à la mise du premier pulsomètre à écouter à partir de la minute 33.
Avec l’épisode 3 du mercredi 16 avril, il a été question de deux observations fortuites : celle par laquelle une infirmière anglaise en 1956 a mis en évidence les vertus du soleil pour lutter contre la jaunisse du nourrisson et celle qui a permis en 1890 dans un hôpital de l’actuelle Jakarta de révéler la première vitamine à écouter à partir de la minute 33.
Avec l’épisode 4, jeudi 17 avril, deux autres deux découvertes ont été évoquées : le drame de Bari en 1943 et la première mise en évidence des neurotransmetteurs en 1921
à écouter à partir de la minute 34 .
L’épisode 5 du vendredi 18 avril a raconté le hasard de la mise eu point des anxiolytiques en 1955 et celui qui en 1880 a conduit Louis Pasteur vers la mise au point du principe de la vaccination à écouter à partir de la minute 32.
Enfin, avec l’épisode 6 du lundi 21 avril deux observations fortuites liées aux antibiotiques ont été évoquées : celle, très célèbre, de leur découverte en 1921 par Alexandre Fleming et celle faite vers 1980 qui a permis la mise en évidence d’une famille nouvelle de molécules, les PAM, pour « peptides anti microbiens » lesquels seraient de sérieux candidats pour remplacer les antibiotiques dans les cas de résistances à écouter à partir de la minute 34

Choc anaphylactique, velcro et bouillie bordelaise unis par le hasard

Par défaut
La mise au point de la bouillie bordelaise au début du XX ème siècle a pour origine une observation fortuite.

La mise au point de la bouillie bordelaise au début du XX ème siècle a pour origine une observation fortuite.

Trois des 50 chroniques « Des petits hasards qui bouleversent la science » citées à l’émission « Babylone » sur les ondes de la Radio Télévision Suisse (RTS).

Le 3 octobre dernier, l’émission « Babylone » sur la Radio Télévision Suisse (RTS) proposait à ses auditeurs de découvrir les mystères de la sérendipité, ou l’art de faire des trouvailles, dans les découvertes scientifiques. Le choc anaphylactique, le velcro et la bouillie bordelaise, 3 des 50 chroniques « Des petits hasards qui bouleversent la science » étaient citées en exemple au cours de l’émission. Pour en savoir plus, l’interview réalisée par la journaliste Sarah Dirren est en ré-écoute à partir de la minute 17 en cliquant sur le lien suivant Des hasards qui n’en sont pas: la sérendipité

« Les petits hasards… » sur les ondes suisses

Par défaut

Les « Petits hasards qui bouleversent la science » ont été évoqués sur les ondes de la Radio télévision Suisse (RTS). C’était le 24 juin 2013.

Dans un dossier de l’émission CQFD consacré à la sérendipité, le journaliste Stéphane Gabioud interview l’auteur des « Petits hasards qui bouleversent la science ». A écouter vers la minute 5’40

CQFD du 24.06.2013.

YouTube et la sérendipité

Par défaut

sérendipité
La sérendipité! Entré officiellement dans le dictionnaire de la langue française en 2012, ce mot existe en anglais depuis le XVIIIè siècle. Il désigne l’art de faire des trouvailles par le biais d’un heureux hasard. De nombreuses découvertes, en sciences notamment, ont été faites grâce au hasard. La naissance de YouTube serait, elle aussi, liée à un de ces heureux hasards.

La chimiothérapie des cancers en 1943. Le premier stimulateur cardiaque implantable en 1950. L’existence des bactéries, alors appelées animalcules, en 1675. La transmission à distance des signaux radio en 1890. Le moteur électrique en 1873. Les supraconducteurs en 1911. L’anaphylaxie en 1901. L’hélice immergée pour propulser les bateaux en 1837. Le rôle du pancréas dans la régulation du diabète en 1889. Les neurotransmetteurs en 1921. Le moteur à induction en 1881. La vitrocéramique en 1954. Les vitamines en 1890. Le stéthoscope en 1816. Si la sérendipité vous intéresse, vous trouverez ici une petite bibliographie sur le sujet. Louis Pasteur que l’on cite souvent à ce propos déclarait que « le hasard ne sourit qu’aux esprits préparés ». C’est ce qui ressort de l’article qui évoque les circonstances de la création de Youtube. Bonne lecture.

Coup de coeur de la Cité des Sciences pour « les petits hasards »

Par défaut

La Web Tv de la Cité des Sciences et de l’industrie a sélectionné « les petits hasards qui boulerversent la science » comme coup de coeur en janvier 2013.

Ce livre raconte 50 histoires où le hasard, sous une forme ou sous une autre, a été à l’origine d’une découverte scientifique ou d’une invention majeure. Arno Caravel a réalisé une vidéo originale à partir de l’histoire de Roy Plunket qui alors qu’il cherchait à mettre au point un nouveau gaz réfrigérant, découvre, par le plus grand des hasards, un nouveau matériau, le téflon. Ecoutons cette aventure.

Les petits hasards qui bouleversent la science et passent à la radio ..

Par défaut

« Ces petits hasards qui bouleversent la science » Ed Papillon Rouge

Les « petits hasards qui bouleversent la science » sont parus en mai 2012. Le retour « presse » a très vite démarré. Et j’ai eu l’immense plaisir d’être invitée à présenter le livre sur deux radios. J’avais fait une petite séance de sophrologie juste avant d’entrer dans le studio, histoire de rester zen.

Premier passage d’antenne, le 27 juillet 2012. Interview en direct à la matinale d’Europe 1.

Pour voir la vidéo, cliquez sur la vidéo qui suit


<

Deuxième passage d’antenne, le 30 août 2012, sur France Infos.. Pour écouter la jolie voix de Marie-Odile Monchicourt, il suffit de cliquer sur la phase en rouge ci dessous.

Petits hasards et grandes découvertes – Info sciences – Sciences & Santé – France Info.

Lire la suite